BRUEGEL, LE MOULIN ET LA CROIX

un film de Lech Majewski

  • Production : 2010
  • Drame Historique
  • VOSTFR
  • Couleur
  • En salle : 28 décembre 2011
  • Pologne | Suède
  • 1h31
  • Visa N°130 840
  • Sélection officielle, Festival de Sundance 2011 / Sélection officielle, Festival de Rotterdam 2011 / Sélection officielle, Festival de Göteborg 2011

Synopsis

Année 1564, alors que les Flandres subissent l’occupation brutale des Espagnols, Pieter Bruegel l’Ancien, achève son chef d’œuvre « Le Portement de croix », où derrière la Passion du Christ, on peut lire la chronique tourmentée d’un pays en plein chaos. 

Le film plonge littéralement le spectateur dans le tableau et suit le parcours d’une douzaine de personnages au temps des guerres de religions. Leurs histoires s’entrelacent dans de vastes paysages peuplés de villageois et de cavaliers rouges. Parmi eux Bruegel lui-même, son ami le collectionneur Nicholas Jonghelinck et la Vierge Marie...

Téléchargements

Télécharger Tout télécharger

Crédits

FICHE ARTISTIQUE
PIETER BRUEGEL : Rutger Hauer 
LA VIERGE MARIE : Charlotte Rampling 
NICHOLAS JONGHELINCK : Michael York

FICHE TECHNIQUE
Réalisation : Lech Majewski
Scénario : Lech Majewski, Michael Francis Gibson d'après son ouvrage, The Mill and The Cross
Image : Lech Majewski, Adam Sikora
Montage : Eliot Ems, Norbert Rudzik
Design sonore : Lech Majewski
Musique : Lech Majewski, Jozef Skrzek
Direction artistique : Stanislaw Porczyk
Décors : Katarzyna Sobanska, Marcel Slawinski
Costumes : Dorota Roqueplo
Maquillage : Dariusz Krysiak, Monika Mirowska
Effets spéciaux : Odeon Film Studio
Animation 3D : Mariusz Skrzypczynski
Productions : Lech Majewski pour Angelus Silesius, Freddy Olsson, Malgorzata Domin, Piotr Ledwig, avec la participation de l'Institut du Film Polonais, Telewizja Polska, Bokomotiv Filmproduktion AB, Odeon Studio, Silesia Film, 24 Media, Supra Film, Arkana Studio et Piramida Film
Ventes internationales : Wide Management

A PROPOS DU FILM
"Bruegel, le moulin et la croix", en associant l'analogique à l'imagerie de synthèse et à la 3D puis en produisant un équivalent visuel à l'interprétation, livre un supplément de sens. Par exemple, ce n'est que lors du tournage que Michael F. Gibsona pu discerner les différentes perspectives structurant la composition. Il y en a sept. Un chiffre magique.

Le film repose entièrement sur “cette colossale miniature” qu’est "Le Portement de croix". Lech Majewski, en a extrait une douzaine de personnages auxquels il fait vivre une journée complète, du matin jusqu’au soir. Dans cette reconstitution vivante du tableau la toile s’anime sur le principe du tableau vivant, grâce aux technologies numériques les plus pointues, les effets spéciaux les plus performants et la 3D, nous permettant d’observer les sujets qu’on ne pourrait approcher d’aussi près au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Avec" Bruegel, le moulin et la croix", Lech Majewski renouvelle la façon de parler d’art au cinéma. Pionnier d’une nouvelle technique, il nous invite à entrer dans un tableau et à élaborer une narration portée par les personnages peints qu'interprètent des acteurs.

Sa méthode consiste à mêler, par des techniques numériques, des prises de vue réalisées selon trois manières :
• Avec des comédiens filmés sur fond bleu, intégrés après à divers arrière-plans.
• Plans avec acteurs tournés en Pologne, en République Tchèque, en Autriche et en Nouvelle Zélande dans des paysages choisis pour leur ressemblance avec ceux des peintures de Bruegel.
• Avec un décor en 2D, reproduit selon le travail du maître flamand et peint sur toile par Lech Majewski lui-même.

En postproduction, Lech Majewski et l’équipe de montage ont minutieusement fondu cet ensemble. Par exemple, ils ont superposé le plan d’un acteur sur fond bleu à plusieurs éléments d’autres prises de vue, avec toile ou en décor naturel, plaçant ensuite l’image, retouchée en numérique, d’un ciel bleu filmé en Nouvelle-Zélande. Trois années ont été nécessaires à Lech Majewski, pour concevoir et réaliser "Bruegel, le moulin et la croix'.